L'arrivée des modules photovoltaïques bi-verre

  • Technique photovoltaïque
  • 22 Janvier 2019
  • 2 commentaires

Aujourd'hui, nous allons nous intéresser à un type de modules peu connu jusqu'alors : les panneaux bi-verre

Les modules bi-verre (ou glass/glass) confortent de plus en plus leur place sur le marché du photovoltaïque. Comme on a pu le constater en juin dernier sur le salon Intersolar Europe, ces modules occupent une place grandissante sur les stands des différents fabricants.

S’ils sont très utilisés en Chine pour alimenter des centrales au sol de plusieurs dizaines de MW, ils ont maintenant suffisamment fait leur preuve pour être utilisés également sur les projets en toiture de toute taille. Pour exemple ce projet aux Pays-Bas d’une puissance de 400 kWc réalisés avec des modules bi-verre équipées de cellules bifaciales.

Pourquoi utiliser ce type de panneaux dans ce type de projets alors qu’ils n’étaient presque jamais utilisés auparavant ? Quelles sont les raisons techniques et/ou financières qui poussent les développeurs de projet à se tourner vers cette technologie de panneaux ?

Eléments de réponse ci-dessous !

 

Tout d’abord, les modules photovoltaïques bi-verre font preuve d’une extraordinaire solidité. En effet, le fait d’encapsuler les cellules solaires entre deux couches de verre permet d’accroitre sensiblement la résistance des cellules par rapport à une structure de panneau qui serait composé d’un verre en face avant et d’un EVA en face arrière (pour en savoir plus sur la composition d’un panneau photovoltaïque, vous pouvez consulter notre article dédié).

Les résistances des modules standards classiquement admises sont de :

  • 5400 Pa en face avant (soit environ 550 kg/m2)
  • 2400 Pa en face arrière (ce qui représente environ 240 kg/m2)

Avec des modules bi-verre, on obtient des résistances mécaniques plus élevées (exemple avec les modules excellent glass/glass de chez CS WISMAR) :

  • Jusqu’à 8100 Pa en face avant
  • Jusqu’à 3600 Pa en face arrière

Grâce à une architecture symétrique, les cellules assemblées sont protégées des micro-cracks et des baisses de puissance ou échauffements qui peuvent en découler.

Cette robustesse est également due à l’importance de l’isolation chimique qui préserve ses performances des agressions du climat. Elle empêche l’humidité de pénétrer à l’intérieur des modules et évite ainsi l’apparition de snail-trails. Les panneaux bi-verre sont ainsi bien mieux armés pour faire face à des conditions difficiles comme dans des milieux désertiques, à forte concentration saline (bord de mer) ou ammoniacale (bâtiment d’élevage).

 

Mais ce n’est pas tout. Grâce à l’utilisation du verre sur la face arrière, la tension maximale peut être intensifiée jusqu’à atteindre la limite de la basse tension qui est de 1500V. Ce qui permet d’avoir un plus grand nombre de modules par chaîneet ainsi de réduire le BoS et la main-d’œuvre que cela engendre. Une meilleure classification de résistance au feuest également acquise, condition souvent imposée pour les installations sur les établissements recevant du public.

 

La solidité acquise par l’emploi de deux couches de verre permet d’envisager sereinement l’emploi de modules sans cadre(aussi appelés frameless). Cela a pour avantage de réduire les coûts de matière première mais aussi d’éviter les effets néfastes dus au phénomène PID (ou Potentiel-Induced Degradation, article à venir prochainement sur ce thème). Côté exploitation et performance, l’absence de cadre permet d’évacuer facilement l’eau ce qui réduit fortement l’encrassementque l’on observe fréquemment sur les bords inférieurs des modules standards. 

 

Côté logistique, le fait d’employer des modules sans cadre et donc très fins, permet d’augmenter le nombre de panneaux par palette et donc de diminuer les coûts liés au transport et stockage.

 

Les caractéristiques propres aux modules bi-verre que nous venons de décrire permettent aux fabricants de proposer des garanties étendues bien au-delà des standards admis sur le marché. Alors qu’un panneau photovoltaïque standard est généralement garanti 10 ans, un module bi-verre peut être garanti jusqu’à 30 ans.

 

Source CS WISMAR
 

 

 

 

Source : CS WISMAR

 

A n’en pas douter, les modules bi-verre sont appelés à occuper une place grandissante dans tous les secteurs du photovoltaïque, aussi bien chez les particuliers que sur les grandes centrales commerciales.

 

Pour toutes vos questions sur les modules bi-verre, n’hésitez pas à commenter cet article ci-dessous !